L’évolution morphologique d’une plage fait intervenir un grand nombre de processus.
Les observations ou mesures effectuées sur le terrain sont essentielles et restent un point clef à l’amélioration de la compréhension des mécanismes hydro-sédimentaires.

Acquisition de données

Des campagnes de mesure sont réalisées deux fois par an. La première campagne a lieu à la fin de la période d’hivernage (février/mars), et la seconde au début de la saison cyclonique à la fin de la période de carême (juillet/août). Des levés ponctuels peuvent également avoir lieu après un évènement météo-marin de forte intensité afin de réaliser un suivi post-tempête.

La zone d'étude est découpée en 4 secteurs ayant des caractéristiques physiques variées et des enjeux spécifiques regroupant au total 15 cellules sédimentaires plus ou moins indépendantes.

Les campagnes de mesure de l’observatoirev

Les campagnes de mesure de l’observatoire

© BRGM – Clément Bouvier

Les indicateurs mesurés par l’observatoire (exemple sur la plage du Carbet en mars 2020)

Les indicateurs mesurés par l’observatoire (exemple sur la plage du Carbet en mars 2020)

© BRGM – Clément Bouvier

Les indicateurs mesurés

La position du trait de côte et de la limite de végétation sont relevées sur chacune des plages suivies par l’OLiMar ainsi que deux à six profils transversaux. Des levés bathymétriques ou un suivi par imagerie vidéo viennent compléter ces mesures si cela s’avère pertinent.

Les positions du trait de côte et de la limite de végétation (délimitant le haut de plage) sont principalement levées de manière continue (environ un point tous les mètres) à pied. L’antenne DGPS (®Trimble R10) est fixée sur la partie supérieure du sac à dos et les points de levé sont enregistrés au fur et à mesure que l’opérateur parcourt la plage pour son acquisition.

Les profils de référence sont levés à la canne en prenant un point à chaque inflexion de la pente, suivant des axes prédéfinis et invariables sur toutes les campagnes de mesure. 

Des levés topographiques continus à pied peuvent être réalisés si nécessaire, notamment en cas de morphologie de plage atypique (croissants de plage, rechargement artificiel et certaines embouchures). L’antenne DGPS (®Trimble R10) est fixée sur la partie supérieure du sac à dos et les points de mesures sont enregistrés au fur et à mesure que l’opérateur parcourt la plage. 

Les levés bathymétriques combinent l’utilisation du DGPS (®Trimble R10) et celle du sondeur monofaisceau (®Tritech PA500). Les levés bathymétriques en mer sont réalisés sur une embarcation semi-rigide.

La précision des mesures

Les marges d’erreur sur les données topographiques acquises sont estimées entre 5 et 10 cm en planimétrie et sur l’altitude (mouvements parasites de l’opérateur pendant la marche). Selon les variations de hauteurs d’eau liées à la marée, les écarts maximums de la position du trait de côte sont estimés à environ 5 m. Afin de limiter ces écarts, un effort particulier a été réalisé pour que la position du trait de côte soit mesurée pour des niveaux d’eau proches de ceux de la mi-marée.

 Une érosion marquée et de forts enjeux (anse l’Etang en mars 2020)

Anse l’Etang en mars 2020

© BRGM - Clément Bouvier